03 mars 2008

Road trip du samedi - épisode 2

DSCN5312Petit tour dans Salin de Giraud à la recherche de la montagne de sel que je ne trouve pas. Qu'importe, il me tarde de quitter la départementale pour des chemins de terre bordés d'immmenses roseaux. Sur ma carte, heureusement détaillée, figurent des lieux-dits et même des digues apparemment praticables, allons voir. Ma petite Fiat n'a pas fini de m'étonner. Elle surmonte les obstacles et se joue des trous géants laissés par les pluies d'hiver avec la même souplesse qu'un 4x4. Seule inquiétude: les pneus, vieux, fatigués et je ne sais même pas si la roue de secours est gonflée, encore moins où se trouve le cric. Après quelques kilomètres des plus cahotiques, je bifurque à droite où la route semble avoir été vaguement bitumée. Les murs de roseaux font place à des clôtures derrière lesquelles j'aperçois les premiers représentants du symbole local: le "Toro".

DSCN5313

Le zoom de mon appareil n'est pas assez puissant pour un gros plan. J'agite alors les bras en lançant quelques "taureau! taureau !" pour que l'imposant bovin s'approche de la clôture. En vain, je l'intéresse vaguement, mais je n'ai pas l'intention non plus de rentrer sur son terrain. Un peu plus loin, j'aperçois quelques maisons regroupées en hameau qui arbore fièrement son som sur une pancarte aux allures de Far West.DSCN5311 Pas de doute, je suis bien ailleurs et je goûte avec délice au dépaysement que je cherchais. Le chemin débouche sur une route secondaire. A gauche, le bout du bout: "la digue à la mer", à droite elle semble rejoindre la départementale qui traverse la Camargue de bas en haut. A gauche toute.

DSCN5316Le macadam laisse bientôt la place à un chemin de terre encore plus défoncé que le précédent. Les arbres se font plus petits, plus secs aussi. Me voilà cerné par les marais et leur palette de nuances qui vont de l'ocre rouge au brun clair en passant par un rose irréel.  J'aperçois un phare au loin, d'après ma carte on peut l'atteindre par la digue. C'est parti, en douceur bien sûr car il n'est pas question de déranger cette nature paisible. Une demie heure pour faire trois kilomètres entre mer et marais, grandiose. DSCN5318 LDSCN5321 DSCN5325'accès aux véhicules s'arrête à un kilomètre du phare. A partir de ce point débute une réserve naturelle. D'après le plan, la digue continue jusqu'aux Saintes Marie de la Mer mais je ne me suis pas préparé à une randonnée de 15 kilomètres. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois. Je laisse la voiture pour pénétrer dans ce sanctuaire animal et végétal, très réglementé. Quelques pas et j'aperçois déjà des aigrettes, des flamants, et toujours cet appareil qui me fait des flous dès que j'utilise le zoom.

DSCN5330 DSCN5331 DSCN5326 DSCN5327 DSCN5328

Après avoir joué à l'ornithologue amateur, il me faut faire demi-tour et retrouver un terrain moins accidenté si je veux conserver mes chances de rentrer à la maison sans encombres. Rester concentré sur ces creux et ces bosses, surtout rester concentré. Me revoici sur la petite route, au coeur de cette Camargue sauvage. Le vent fait rouler des buissons sur la route, pas de doute, j'ai bien fait de venir ici. Je longe à présent l'étang de Vaccarès. Des vagues viennent se briser sur la digue et déposent sur le pare brise des goutelettes salées. Quelques coups d'essuie-glace plus tard et me voici de nouveau à un carrefour. J'ai rejoint la départementale. A droite, Salin de Giraud d'où je viens, à gauche, direction les Saintes Maries de la Mer à tout de même plus de 40 kilomètres. En face la petite route indique "Arles 13 km". J'hésite un instant et puis je décide de quitter la Camargue où je me promets de revenir. Direction Arles. Il n'est que 15 heures, j'ai encore du temps devant moi pour découvrir cette ville que je ne connais pas encore.

A demain.   

Posté par ledressingdesam à 09:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Road trip du samedi - épisode 2

  • je redécouvre la camargue (vagues souvenirs d'enfant) à travers ton périple, merci pour cette belle plume

    Posté par o' seï, 04 mars 2008 à 22:02 | | Répondre
Nouveau commentaire